La Nécessité de se faire Reconnaître


                       Pour expliquer ma motivation de créer un tel site,
                                   je donnerai seulement une date :
                                            Le 5 mars 2002…
 
Depuis ce jour, a été publié au J.O. la loi relative aux droits des malades
et à la qualité du système de santé qui, dans son article 75, reconnaît
les professions de chiropraticien  et d’ostéopathe. Malheureusement,
les décrets d’application prévus par la loi ne sont toujours pas parus.
Conséquences :

aucune réglementation n’entoure la profession incitant
des professionnels à se revendiquer ostéopathes sans avoir suivi
la formation de 6 ans et sans posséder bien sûr le diplôme D.O.
le patient est donc en danger au risque de se retrouver entre les mains d’incompétents car non qualifiés.
20% de la population française a recours à une profession de santé non reconnue par l’Etat et l’administration fiscale.
C’est pourquoi, à travers ce site, je voudrais à mon niveau et sans prétention défendre et revendiquer ma passion en guidant si possible un maximum de gens dans le droit chemin qui mène à l’ostéopathie, vraie, compétente et professionnelle.
 
…  «  L’ostéopathie n’appartient qu’à l’ostéopathe D.O. »

Alors comment trouver le vrai ostéopathe D.O. ?
Vous pouvez commencer à consulter :
le site des différents syndicats d’ostéopathie qui possèdent tous un annuaire de leurs adhérents obligatoirement diplômés,
le site du Registre des Ostéopathes de France (R.O.F.).
Vous devez apercevoir le diplôme de celui que vous consultez encadré sur un des murs de la salle de consultation.
Ce n’est pas par fausse modestie mais c’est tout simplement le seul moyen de prouver l’obtention de son diplôme auprès du patient, en l’absence de réglementation dans notre pays. Si vous ne le voyez pas, demandez lui des explications…
 
Ce site se veut également le moyen de faire connaître cette profession de santé car aujourd’hui Internet est l’outil de communication de demain. Et, il est vrai que toutes les professions de santé ne se donnent pas encore forcément la main pour optimiser la qualité des soins, non pas en tant que médecines parallèles mais en tant que médecines complémentaires dans l’intérêt de la santé du patient.
Mais, les choses évoluent dans le bon sens, il faut juste être patient (à notre tour). Que chacun reconnaisse ses limites et les compétences enrichissantes de ses confrères.
Le patient et le professionnel de santé ont tout à y gagner.
Bonne balade sur mon site…