L’Ostéopathie Aujourd’hui

L’Ostéopathie Aujourd’hui


Les principes de l’ostéopathie d’aujourd’hui sont restés fidèles a son histoire.

Mais. on peut dire encore une fois que l’ostéopathe a évolué au même titre que la science médicale orthodoxe.

Alors que la médecine allopathique (traditionnelle) ne s’intéressait qu’a la maladie et a ses symptômes. aujourd’hui. elle commence seulement (mais du chemin reste a faire…) a ouvrir davantage les yeux sur le malade en tant qu’ « étre » et sur son profil psychologique.

Le regretté professeur Jean Seignalet (décédé en juillet 2003) avec son livre «L’alimentation ou la 3″“ médecine » ouvrait grandes les portes au rôle de l’alimentation dans la genèse de nombreuses maladies chroniques, auto-immunes.
L’environnement pollué, qu’il soit atmosphérique, terrestre ou électromagnétique intéresse de plus en plus les acteurs de la santé publique afin d’apporter une explication a la recrudescence de nombreux cancers.

L’ostéopathie. avec son approche globale du vivant s’est très vite intéressée à tous ces facteurs exogènes responsables du dysfonctionnement organique du corps humain mais elle ne s’était pas encore totalement engagée au sommet de l’édifice humain : le cerveau, le psyché et ses fonctions cognitives.

Les neuroanatomistes nous parlent du rôle primordial de l’hippocampe. de l’amygdale et de l’hypothalamus dans les émotions et les ostéopathes s’y intéressent aussi surtout pour montrer la relation évidente entre ses structures sous corticales et l’émotionnel, entre les composantes psycho émotionnelles et le physique, entre les états de stress post traumatiques et les troubles organiques.

Que l’ostéopathe ait une approche viscérale, crânienne ou structurelle, il sera toujours amené a considérer l’aspect émotionnel du patient; il ne peut y échapper. Et pour cela, l’interrogatoire prend une place encore plus importante qu’avant quant a l’écoute du patient sur l’origine, la nature de sa plainte, ses antécédents traumatiques et médicaux mais surtout émotionnels (séparation. deuil. conflits. violence…) laissant sans aucun doute des empreintes, des stigmates sur le plan physique et organique. A l’ostéopathe de les déceler.

C’est pourquoi. l’ostéopathe d’aujourd’hui n’est pas ce grand « manipulateur » tordant son patient dans tous les sens jusqu’à ce que ça craque ;vision simpliste, erronée d’une profession qui a souffert d’une mauvaise image véhiculée par des gens ignorants et sans scrupules. par l’intermédiaire de la presse.

« L’ignorance ou le parti pris ne sont pas des jugements de valeur » (Dr. Jacques MENETIER dans « Introduction à une psychophysiologie expérimentale » »)

Si nous devions parler de toutes les professions de santé comme on nous a présenté un temps l’ostéopathie avec ses accidents de manipulation cervicales et ses conséquences. alors invitons chacun de nous a consulter le rapport annuel du «Sou médical» sur les erreurs médicales et paramédicales qui sont déclarées.

Si on suit le même raisonnement de ceux qui ont voulu enfermer l’ostéopathie dans la rubrique des faits divers, alors plus aucune profession de santé n’aurait le droit d’exister. Il est d’ailleurs important de préciser que les très rares manipulations cervicales qui ont « mal tournés » ont été pratiquées par des praticiens non diplômés n’ayant jamais suivi la formation d’ostéopathie complète, à temps plein ou a temps partiel, fixée a 6 ans et validée par un examen final de compétence clinique et thérapeutique ainsi que par des épreuves de fin de 3″“ cycle d’études.

De plus. les différents syndicats d’ostéopathie revendiquent ensemble l’obligation pour chaque ostéopathe en exercice d’effectuer des formations continues afin d’assurer les compétences et les bonnes pratiques professionnelles.

D’autres ambitions décrites sous forme de dossier et constituant le projet d’un décret sont consultables sur les sites de syndicats (voir la pages des liens).

Mais oui. il existe aussi de mauvais ostéopathes comme il y a de mauvais médecins ou chirurgiens.

A chacun de nous. professionnels. de faire l’effort de respecter la charte et la déontologie de la profession pour ne pas décevoir Hippocrate ni A.T. Still. c’est-a-dire pour faire honneur a son patient.

Si vous voulez connaître les moyens et les conditions nécessaires pour trouver un ostéopathe D.0. compétent. il vous suffit de faire un petit tour dans la rubrique « pourquoi la création de ce site ? » ;tous les conseils de recherche s’y trouvent.

Pour conclure cet article. rappelons ce qu’est l’ostéopathie d’aujourd’hui.

L’ostéopathie est une approche globale de l’individu qui consiste a repérer la cause primaire a l’origine d’une plainte. d’un dysfonctionnement. qu’il soit osseux, tendineux, musculaire, viscéral, vasculaire, neurologique ou émotionnel. La correction consiste à redonner la fonction à la structure par des techniques douces d’ajustement (d’un os par rapport a un autre), de mobilisation des fascias (tissus, aponévroses, peau, tendons, ligaments, muscles…) et des organes (motilité viscérale), de rééquilibrage énergétique (par la connaissance des méridiens) et de libération somato émotionnelle. Ceci afin d’arriver a un seul but: l’homéostasie. c’est-a-dire. permettre a l’organisme de retrouver un état d’équilibre de fonctionnement pour maintenir constant les conditions intactes nécessaires à la vie et ce en dépit des contraintes extérieures ou intérieures.

C’est pourquoi l’ostéopathie ne soigne pas un symptôme mais un être vivant dans son ensemble.

La complexité de sa tâche rend cette profession belle et indéfiniment passionnante.